La Cour d'Obéron Index du Forum La Cour d'Obéron
Les salons de La Cour d'Obéron
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les limites de l'horreur ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Cour d'Obéron Index du Forum -> La Cour d'Obéron -> Jeu de rôle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noctambule
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2007
Messages: 16
Localisation: Saint-Etienne

MessagePosté le: 14/06/2007 03:10:32    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Parallèlement au sujet sur l'écriture de scénarios d'horreur, quelles limites mettre à l'horreur du scénario ? Jusqu'où aller ? Je parle de l'ambiance de la partie car reprendre deux ou trois épisodes d'une série policière peut donner un scénario d'enquête comme un scénario lourd question ambiance.
Ca dépend évidemment de la composition de la table mais comment doser ?

Pour ma part j'aurais tendance à en faire beaucoup moins plutot qu'un petit peu trop, surtout en club et avec des gens que je ne connais pas bien. Je refuserais aussi des joueurs trop jeunes et/ou c'est une des premières parties mais ça principalement si je n'ai qu'un scénario que je ne pourrai adapter aux joueurs.
_________________
Disco is NOT dead ! Disco is life !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/06/2007 03:10:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lord Skeletor
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 141

MessagePosté le: 14/06/2007 11:42:32    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Horreur ou épouvante ?

L'épouvante est plus efficace avec des joueurs que tu ne connais pas. Ils ne te connaissent pas non plus. Pour peu que tu poses bien l'ambiance, ils vont en faire des cauchemars durables.
_________________
LS
Le JdR Métabarons vous attend sur Planète Centrale
!
Revenir en haut
selwin
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2007
Messages: 116

MessagePosté le: 14/06/2007 11:59:45    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Lord Skeletor a écrit:
Horreur ou épouvante ?

Euh... Quelle différence fais-tu entre horreur et épouvante ? Concrétement, j'entends... Parce que c'est très lié pour moi. Voire synonyme...

ÉPOUVANTE. n. f. Grande et soudaine peur causée par quelque chose d'imprévu.
HORREUR. (On prononce les deux R.) n. f. Mouvement de l'âme généralement accompagné d'un frémissement physique, d'un frisson du corps et causé par quelque chose d'affreux, de révoltant ou de terrible.

C'est pas exactement la même chose, mais dans ce type de scénario qui consiste à foutre les jetons aux joueurs, on utilise souvent autant l'horreur que l'épouvante.

L'horreur peut être utilisée en préalable à l'épouvante. Et l'épouvante peut être utilisée pour établir une horreur générale.
Ainsi de suite. On peut alterner les deux sans cesse (et, àmha, c'est souvent ce que les MJs de ce type de scénarios font).
Revenir en haut
Glorfindel
Bavard(e)
Bavard(e)

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2007
Messages: 55

MessagePosté le: 14/06/2007 12:14:05    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

ça marche bien, l'horreur en JdR?

Je n'ai jamais trop essayé, mais j'ai un peu peur qu'autour de la table et des paquets de chips, face à un MJ rougeaud et ventripotent (ça, c'est moi) essayant de mimer une créature de cauchemar, l'effet provoqué ne sois plutôt l'hilarité.
_________________
Tous les pays qui n'ont plus de légendes
Seront condamnés à mourir de froid.
Revenir en haut
selwin
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2007
Messages: 116

MessagePosté le: 14/06/2007 12:40:55    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Glorfindel a écrit:
ça marche bien, l'horreur en JdR?

Je suppose que ça dépend avec qui et à quel moment, mais je n'ai jamais été déçu.

Citation:
Je n'ai jamais trop essayé, mais j'ai un peu peur qu'autour de la table et des paquets de chips, face à un MJ rougeaud et ventripotent (ça, c'est moi) essayant de mimer une créature de cauchemar, l'effet provoqué ne sois plutôt l'hilarité.

Ne mime pas alors. Je mime rarement mes monstres... (sinon, l'effet quasi assuré, c'est l'hilarité, aussi...)

Y a des tas de petits trucs qui fonctionnent.

Lumière faible, bougies, ce sont des classiques.
Petits bruits obsédants (le coup du briquet qui tape super régulièrement sur la table, ça finit par en énerver plus d'un)
Coincer les joueurs, de temps en temps, pour un petit tête à tête (parfois très rapide)

Faut pas hésiter à utiliser les ficelles. Pas grave si le MJ est ventripotent et rougeaud. Wink
Par contre, faut déjà qu'il ait envie de jouer dans ce type d'ambiance...

Noctambule a écrit:
Pour ma part j'aurais tendance à en faire beaucoup moins plutot qu'un petit peu trop, surtout en club et avec des gens que je ne connais pas bien. Je refuserais aussi des joueurs trop jeunes et/ou c'est une des premières parties mais ça principalement si je n'ai qu'un scénario que je ne pourrai adapter aux joueurs.

Pourtant, l'horreur ça fonctionne assez bien avec des joueurs débutants.

Mais c'est certain, je ne joue à ce type de jdr qu'avec des gens un peu âgés. On va pas traumatiser les joueurs, non plus.

Sinon pour répondre précisémment à ta question, c'est comme pour toute partie, quelle que soit le type d'ambiance/univers de jeu. Le MJ s'adapte à ses joueurs. S'il les connait, c'est très bien. Sinon, ben faut qu'il découvre la table au fur et à mesure de la partie, en en faisant un peu moins au début et en allant plus fort dans les effets de temps en temps. On voit tout de suite si ça suit ou pas.
Perso, je me censure assez peu et même des personnes réticentes à priori finissent par vite rentrer dans le jeu.

J'avais une joueuse, pour une partie de Pavillon Noir, qui se disait horrifiée de l'univers des pirates et qui ne paraissait pas ouverte au jeu. Comme elle nous était "imposée" (je passe le pourquoi), il a fallu la faire jouer. J'ai très peu censuré mon jeu (et à Pavillon Noir, je peux effectivement être assez trash...) et elle a été un des joueurs les plus actifs...

C'est vrai pour tous les jdr, je pense. Tu maitrises comme tu le sens, tu fais un peu gaffe à tes joueurs et tu adaptes ton jeu si tu sens que ça prend pas.
Il n'y a pas de recette miracle... Y aura même des jours où quoi que tu fasses tu seras un mauvais MJ (généralement, je stoppe le scénario sans vergogne dans ce cas là... et on joue à autre chose, même aux cartes...)
Revenir en haut
Lord Skeletor
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 141

MessagePosté le: 14/06/2007 16:55:00    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

L'horreur/epouvante marchent en JdR, quelle que soit l'apparence du MJ.

Déjà, quand le MJ a peur : Les joueurs ont peur. Il m'est arrivé de me faire peur en maîtrisant. Je ne vous raconte même pas l'angoisse des joueurs...

Quant aux limites... Je suis a priori contre, le JdR a ceci de sympa qu'il n'est pas vraiment soumis à la censure exérieure, mais on ne peut pas exclure qu'un joueur soit mal à l'aise : Dans ce cas, je pense que c'est au joueur de demander une pause pour discuter avec le MJ et d'expliquer les raisons de son malaise, voire de quitter la table, ou encore, en commun accord avec les autres joueurs, d'arrêter ou de nuancer le ton / les thèmes de la partie.

On peut s'amuser à se faire peur de manière particulièrement intense en JdR, mais la limite, à mon sens, se trouve là : C'est quand l'un des joueurs ne s'amuse plus.
_________________
LS
Le JdR Métabarons vous attend sur Planète Centrale
!
Revenir en haut
selwin
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2007
Messages: 116

MessagePosté le: 15/06/2007 13:13:19    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Lord Skeletor a écrit:
Dans ce cas, je pense que c'est au joueur de demander une pause pour discuter avec le MJ et d'expliquer les raisons de son malaise, voire de quitter la table, ou encore, en commun accord avec les autres joueurs, d'arrêter ou de nuancer le ton / les thèmes de la partie.

Il faut être ouvert à cela.

Ca m'est arrivé, en tant que MJ à In Nomine Satanis.
On avait beau la jouer décalé et second degré, il y a des fois, cela ne passe pas.
Un de mes joueurs (qui n'avait pourtant pas froid aux yeux) jouait un Andréalphus. Bon, vous voyez le topo. Nous en sommes arrivés à trop déraper. Et alors que le jeu nous "commandait" de jouer une scéne ignoble, nous avons eu un blanc, l'un et l'autre... Presque en même temps, nous avons dit "Je ne peux pas jouer (maîtriser) ça".
Nous avons purement et simplement stoppé la scène et l'avons reprise bien avant que les événements ne nous conduisent au point de non retour.
Tiens, pour le coup, nous étions tombés dans l'horreur. Wink

Quand on ne se sent pas de jouer quelque chose, on ne se force pas, même si cela doit créer une rupture dans l'histoire...

Comme le dit LS, un jdr est un jeu, fait pour s'amuser. Si ça devient trop sérieux, c'est même pas la peine de continuer. A mon avis bien sur...
Revenir en haut
Ohtar Celebrin
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2007
Messages: 16
Localisation: à lOuest rien de nouveau

MessagePosté le: 18/06/2007 23:38:06    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Pour ma part quand je masterisais du Vampire l’age des ténèbres, l’ambiance était proche de l’épouvante…

Il se trouve que j’ai fait un scénario d’introduction pour chaque PJ durant lequel le personnage initialement Humain mortel devenait vampire et rejoignait le lieu où il rencontrerai les autres PJs…

Je n’utilisais pas de subterfuges tel que la musique ou la lumière…

En gros voici la recette :
-L’inconnu : Mes joueurs étaient tous étrangers à l’univers de vampire… ils étaient donc en attente et n’étaient pas distraits.

-Le décors : chacun était dans un décors familier… qui sa commanderie templière, qui son harem qui sa maison bourgeoise… et ils ont tous vu ce décor se déformer sous leurs yeux, leurs proches mourir ou apparaître sous des traits monstrueux…

-Le danger : tous on eu à fuir un danger énorme avec la certitude que le MJ ne leur ferait aucun cadeaux… (Pas de second jet de dés, pas de rattrapage in extremis !!!)

Et enfin le grand truc qui marche à tous les coups :

-Le temps réel !!!!! J’ai passé quelques minutes a décrire le sang dégouliner d’une morsure (le premier repas en tant que vampire d’un joueur devant son prince qui lui demandait de le faire proprement…) le sang a imbibé le pagne de l’eunuque qui servait de repas et a fini par tomber goutte à goutte sur sa sandale… la joueuse était paniquée.
La troisième goutte tombée du pagne glissa et salit le tapis persan et j’ai crié « PAM ! » avant même de décrire que le prince avait envoyer valsé le PJ contre le mur. Le résultat était saisissant…


Enfin pour ce qui est des limites il se trouve que c’est assez difficile à doser pour moi… certains de mes joueurs n’ont pas apprécié et tous ont décrété que mes scénarii ne répondaient pas à la règle TGCM bien connue à Donj’ (Ta Gueule C’est Magique) mais plutôt à TGCS (Ta Gueule C’est Sadique)… du coup je ne masterise plus de Vampire pour le moment.
_________________
In Via Nulla Invia. Ohtar Aban!
Revenir en haut
Puck
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2007
Messages: 1

MessagePosté le: 27/06/2007 10:23:40    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Bonjour,

En tant qu'ancien MJ de Kult, je confirme que l'horreur marche très bien en jdr.

A mon avis, il ne faut pas hésiter à "faire monter la sauce", à préparer l'esprit des joueurs à l'avance, à leur faire sentir que quelque chose d'énorme et de sinistre pèse juste au dessus de leur tête. Et le moment venu, il ne faut pas hésiter à être brutal, à frapper très fort et par surprise. Pour faire jouer ce type de scénario en tant que MJ, il faut que je me sente bien prêt, que j'ai longuement préparé mon coup et que je me sente prêt "à tout donner" ce soir là, à être à fond dedans, pour faire quelque chose de mémorable (quand je fais un scénar comme ça, ça n'est pas un simple "scénar du samedi soir pour s'occuper entre pote", c'est un truc prévu de longue date et pour lequel j'ai des idées qui me plaisent beaucoup et que je sens bien comment utiliser le plus efficacement possible).

A mon avis, il faut que le scénario soit surtout composé de parties tendues (par exemple des investigations) mais sans trop de fantastique ni d'horreur : il faut laisser des temps de répit pour laisser l'angoisse monter (le sentiment d'attente, l'impression de dérèglement) et il faut frapper fort et par surprise sur des scénes clés en jouant alternativement sur l'horreur (dégout, révulsion) et sur l'épouvante (choc, incapacité à réagir, sentiment d'impuissance).

Il faut que le monde de jeu s'y prête (le background de Kult est excellent pour sa cohérence et sa profondeur et pour donner une impression de très grande profondeur aux joueurs, et leur donner le sentiment de ne comprendre qu'1% de la vérité ; même si ce background n'est pas super-fort pour la jouabilité).

Et ça marche d'autant mieux que les joueurs s'attendent à quelque chose d'horrible et d'énorme, leur esprit bosse pour toi, ils anticipent et ça accentue encore leur réaction le moment venu... A mon avis, il ne faut pas hésiter à "en faire des tonnes", tant au niveau des trucs d'ambiance (nappe noire, lumières tamisées, etc...) qu'au niveau du roleplay... Même si les joueurs sourient un peu au début parce que le MJ en fait trop, ils se mettent rapidement dans l'ambiance : après tout, ils sont là "pour y croire" donc si les joueurs sont motivés et interessés, ils finissent par se fondre dans l'ambiance qu'on leur propose; Il ne faut pas douter en tant que MJ, il ne faut pas se laisser déstabiliser par une blague vaseuse, il faut juste "le faire à fond" et les joueurs suivent rapidement le mouvement, normalement.

Voila, ça fait un moment que je n'ai plus maitrisé, et tout ça me fait réaliser que je m'y remettrais bien moi... Wink

Bon jeu à tous et à bientôt
Revenir en haut
Psykomago
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2007
Messages: 22

MessagePosté le: 09/07/2007 19:01:22    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Mais arrêtez-vous !!!

Vous me donnez envie de remaitriser du Kult là...bande de vilains......
Revenir en haut
selwin
Bonimenteur(se)
Bonimenteur(se)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2007
Messages: 116

MessagePosté le: 09/07/2007 21:18:49    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Ca me donne tout simplement envie de maîtriser... tout court... ou de jouer à un jdr... tout simplement...

arg !

Je pense que le jdr d'horreur/d'épouvante fait partie de mes ambiances favorites. J'ai toujours énormément de plaisir à jouer à ce style de partie. Tant que ça ne tombe pas dans le mauvais gout. Et ça ne m'est jamais arrivé.
Revenir en haut
Psykomago
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2007
Messages: 22

MessagePosté le: 10/07/2007 16:33:38    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Ouais ben moi si j'avais les joueurs qui venaient aux parties prévues au club je pourrais maitriser.....
Revenir en haut
Aldebert
Arrivant
Arrivant

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2007
Messages: 5
Localisation: CH

MessagePosté le: 16/07/2007 11:26:13    Sujet du message: Les limites de l'horreur ? Répondre en citant

Etant un ancien (et pendant très longtemps) meujeu à Cthulhu et Kult, je pense que l'horreur marche bien en jdr, mais moins toutefois que l'épouvante...

Par horreur, j'entends bêtement du "gore", au sens cinématographique, tandis que l'épouvante s'apparente plus au frisson, à la peur, à l'inconnu, etc... Ceci n'est que ma vision.

Mais venons-en à l'essentiel: pour qu'un scénar épouvante/horreur fonctionne correctement, il faut de l'AMBIANCE!!! Sinon, c'est foutu; les joueurs n'accrocheront pas et le mj aura envie de se pendre... Ainsi, jouer une scène dans un asile d'aliénés alors que vous vous trouvez dans une cuisine demandera un effort d'imagination surhumain aux joueurs/joueuses, tandis qu'ils mangent des chips et boivent du Pchiiiit... Il faut de l'éclairage, du son, des bruitages (genre évier qui coule), une musique persistante et dérangeante, une cuisine d'époque, etc...

Mon plus beau souvenir dans le genre est une partie de Cthulhu an Mil qu'on avait masterisée à deux MJ dans une authentique cave du XIVe siècle, l'ancien cellier d'un monastère... ça sentait le moisi, c'était génial!!! On avait mis une ampoule qui faisait un éclairage violet... Une joueuse avait même hurlé de terreur...

Depuis, je n'ai qu'une envie, c'est y retourner!!!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/09/2017 01:32:02    Sujet du message: Les limites de l'horreur ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Cour d'Obéron Index du Forum -> La Cour d'Obéron -> Jeu de rôle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com